La dyspraxie visuo-spatiale

Publié par meznik le

La dyspraxie visuo-spatiale

Qu’est ce que la dyspraxie visuo-spatiale?

Qu’est-ce que la dyspraxie visuo-spatiale ?

C’est la forme la plus fréquente de trouble praxique. Elle associe :

  • Un trouble du geste
  • Un trouble au niveau visuel, se caractérisant par un défaut de l’exploration visuelle et de coordination visuo-motrice 
  • Un trouble spatial se caractérisant par des difficultés à comprendre et à analyser la notion d’espace

Souvent la dyspraxie visuo-spatiale est associée à d’autres troubles tels que les troubles de l’attention, l’hyperactivité, des troubles du langage, des troubles du calcul, des troubles du comportement…

Comment cela se traduit-il ?

Les manifestations de trouble praxique visuo-spatial sont divers :

  • Des difficultés de repérage et d’organisation visuo spatiale : L’enfant a des difficultés à organiser son regard pour explorer son environnement, il a des difficultés pour se repérer sur une feuille ou pour rechercher des informations dans un texte. On observe des difficultés pour copier ce qui est écrit au tableau (mots oubliés, lignes sautées, mauvais alignement des chiffres lors des opérations).
  • Une maladresse gestuelle : Souvent l’enfant tient mal son stylo et des difficultés dans l’écriture. De plus ses vêtements sont couramment mal ajustés.
  • Difficulté d’organisation : Il oublie régulièrement les consignes. Il a du mal à gérer la double tâche.
  • Toutes ces difficultés sont souvent accompagnées par une fatigabilité importante. En effet, l’enfant doit penser en permanence à ce qu’il doit faire et comment il doit faire. On observe aussi souvent une lenteur et des difficultés attentionnelles dues cette fatigabilité ou aux difficultés à suivre le rythme et à comprendre ce qu’on attend de lui. 

Quelques petites pistes pour aider l’enfant avec des difficultés visuo-spatiales:

Plusieurs petits aménagements peuvent être réalisés afin d’aider l’enfant: 

  • Tout d’abord il est conseillé d’utiliser des cahiers avec des lignes larges.
  • Si cela est possible privilégier les activités et les évaluations orales plutôt que celles écrites.
  • Inciter l’enfant à verbaliser au maximum.
  • Si l’enfant ne connait pas sa droite de sa gauche ou prend les feuilles et cahiers à l’envers mettre en place un code couleur : vert pour ce qui est à gauche: c’est là qu’on démarre pour écrire et rouge pour ce qui est à droite : c’est là qu’on s’arrête.
  • Il est préférable de donner un agenda plutôt qu’un cahier de texte.
  • Approfondir le travail sur les marqueurs spatiotemporels ainsi que sur la chronologie des récits et le contexte spatial.

Marie Vaillant, stagiaire ergothérapeute

Catégories : Par défaut