Troubles de l’oralité alimentaire et ergothérapie

Publié par harkia le

Troubles de l’oralité alimentaire et ergothérapie

Qu’est ce qu’un trouble de l’oralité alimentaire ? comment le reconnaître et comment se faire aider ?

Trouble de l’oralité alimentaire ou dysoralité sensorielle c’est :

« Mon enfant ne mange pas » ! Trouble de l’oralité alimentaire, trouble de l’alimentation, phobie alimentaire…

Quelque soit le terme utilisé, les caractéristiques sont les même : hypersélectivité alimentaire avec moins de 20 aliments consommés, réactions de dégoût, refus d’aliments nouveaux, choix d’aliments selon la texture ou la couleur et des repas compliqués. L’enfant présente une angoisse de mettre l’aliment dans sa bouche.

Ce n’est pas :

Une difficulté fonctionnelle (« il ne sait pas comment faire »), traumatique, ou un comportemental comme l’enfant « capricieux » chez qui le plaisir de manger subsiste. Nous ne sommes pas non plus sur des « petits mangeurs » qui mangent peu mais plus de 30 aliments différents ou sur des troubles de la sphère autistique ou anorexique.

Quelles sont les connaissances actuelles ?

Peu d’informations sur les causes (prématurité, alimentation artificielle…). Même si l’incidence reste faible, certains enfants présentent des troubles sévères du comportement alimentaire et parfois au-delà de 6 ans, d’où l’importance d’un accompagnement précoce.

Le trouble de l’oralité alimentaire peut-être associé à des troubles sensoriels. Manger fait appel à tous les sens (odorat, vue, goût, toucher) et dans le cas d’un trouble, l’enfant apprend très vite à faire de cette zone orale une zone hyper défendue. C’est donc important d’explorer la sphère sensorielle de l’enfant pour comprendre s’il est capable de sentir, d’analyser des informations sensorielles et d’apporter une réponse adaptée.

Comment se faire accompagner ?

Les troubles de l’oralité ne se résument pas à la mise en bouche et à la déglutition. Se nourrir comme acte de la vie quotidienne implique à la fois un bon fonctionnement organique, sensoriel et psychologique. Une approche multidisciplinaire avec des professionnels formés aux troubles de l’oralité est nécessaire pour comprendre la problématique et apporter une réponse adaptée à l’enfant.

Un ou une ergothérapeute par sa connaissance du développement sensori-moteur de l’enfant, sa connaissance de l’impact de la posture et de l’environnement sur le repas pourra accompagner l’enfant dans son quotidien.  Le repas doit devenir une activité signifiante pour l’enfant et sa famille, une activité « plaisir », confortable et conviviale. Le cabinet Anaïs Rognard est formé aux troubles de l’oralité alimentaire et peut recevoir les enfants en bilan ou pour toute demande de conseils.

Catégories : Par défaut